En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre expérience utilisateur.
En savoir plus et gérer ces paramètres x
accéder au contenu principal de la page

Actualités

Un territoire pionnier de l'open data

12/11/2012

Libertic œuvre à l'ouverture des données publiques depuis 2009. L'association joue un rôle d'interface entre collectivités, associations, citoyens et développeurs et se réjouit de l'avance prise en Pays de la Loire.

Quelle est la dynamique de l'open data au niveau mondial ?

"L'open data est en train de se développer un peu partout. Les premiers à impulser cette dynamique au niveau national ont été le gouvernement américain en 2009 et le gouvernement anglais en 2010, et New-York a mené l'un des programmes les plus ambitieux. La France a suivi peu après. D'abord avec Rennes Métropole en 2010, puis d'autres villes en 2011 : Paris, Montpellier, Toulouse, Nantes."

Où en est-on dans la région ?

"La région des Pays de la Loire est l’une des plus avancées en initiatives d'ouverture des données publiques. Nantes Métropole et le Département de Loire-Atlantique ont été les premiers du territoire à se lancer dans la démarche, suivis de la Région. Aujourd’hui, d'autres collectivités suivent l’exemple : le Mans et Angers Métropole, le Département du Maine-et-Loire et même la petite commune de Changé, en Mayenne ! Il y a une véritable dynamique, les Pays de la Loire font partie des territoires pionniers. Et il s'agit de la seule Région qui mutualise les pratiques, ce qui permet de baisser les coûts et d'aller plus vite."

Quels atouts et quels freins représente l'open data pour les associations ?

"L'ouverture des données publiques est une forme de partage du pouvoir. Cela permet aux associa-tions d'avoir une meilleure connaissance de l'action publique et de pouvoir élaborer des propositions plus pertinentes, objectives et chiffrées pour se faire entendre et collaborer efficacement avec les collectivités. Certaines associations peuvent aussi s'en servir pour valoriser leur action.
Deux principaux freins existent : le manque de maîtrise de l'outil numérique à l'intérieur des asso-ciations et l'absence de certaines données. Mais ces freins devraient progressivement être levés. L'association nantaise Médiagraph propose ainsi des formations à l'utilisation de la plateforme dont la prochaine version intégrera des outils de visualisation en ligne, beaucoup plus accessibles que les données brutes, et le nombre de jeux de données va progressivement augmenter. Pour l'instant, ils concernent essentiellement le tourisme, la mobilité et l'environnement, mais il est possible de demander l'ouverture d'une autre base de donnes grâce au forum de la plateforme