En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre expérience utilisateur.
En savoir plus et gérer ces paramètres x
accéder au contenu principal de la page

Actualités

Un appel aux autres collectivités

12/11/2012

Avec plus de 150 jeux de données (dont celles, très attendues, qui concernent le transport ferroviaire) disponibles dès l’ouverture de son open data, la Région des Pays de la Loire rejoint le cercle des premières collectivités qui ouvrent leurs données publiques. Le point avec Olivier Biencourt, vice-président de la commission Economie-innovation-enseignement supérieur-recherche.

Pourquoi la Région des Pays de la Loire a-t-elle décidé d'ouvrir ses données publiques ?


"L'open data présente de nombreux avantages. Premièrement pour les citoyens, qui peuvent être mieux informés des réalisations de leur collectivité et contrôler la bonne utilisation des fonds publics. Mais nous avons aussi mesuré un important potentiel économique, au-delà du premier cercle de militants. L'ouverture des données publiques peut ainsi permettre de développer des projets innovants dans l'industrie numérique et d’accélérer le passage de l'idée à l'entreprise."


Quelles sont les données dont dispose la Région et quel intérêt présentent-elles ?


"La Région concentre de nombreuses compétences clés. Elle est en effet chef de file sur le développement économique du territoire, mais aussi pour le transport ferroviaire, la formation, l'apprentissage ou encore les lycées. Cela représente des données très intéressantes pour de nombreux acteurs : citoyens, associations, entreprises... Nous avons décidé de commencer par une ouverture massive, avec 150 à 200 jeux de données libérés dès le départ. La plateforme sera ensuite enrichie et surtout les jeux de données seront régulièrement actualisés."


Quel impact l'engagement de la Région peut-il avoir sur d'autres collectivités du territoire ?


"Deux collectivités de première importance, Nantes Métropole et le Département de Loire-Atlantique, ont déjà ouvert leurs données publiques. D'autres ont suivi plus modestement, comme Angers ou Le Mans Métropole. Nous avons décidé d'utiliser une plateforme mutualisée, ce qui permet de réaliser d'importantes économies de moyens. C'est transparent pour l'utilisateur, puisque chaque acteur dispose d'un site web distinct, mais nous pouvons lancer un appel ouvert aux autres collectivités afin qu'elles nous rejoignent. C'est fortement incitatif et nous espérons que cela permettra une progression rapide de l'open data en Pays de la Loire."